Blog

Accueil  /  Non classifié(e)   /  Survivre la transformation digitale
0

Survivre la transformation digitale

 

Booster – Disrupter – Challenger…

Autant de verbes d’origine anglaise – souvent issus du jargon sportif et qu’on utilise désormais au quotidien sans s’en rendre compte.

Avez-vous le bon « mindset », avez-vous pensé à « adresser » tous les problèmes avant de vous lancer dans la rédaction de votre blog* – euh… billet d’humeur ? Lol.

Etes-vous en mode « chill » ou prêt à « killer la game? »?!

 

Ce mix de jargon sportif et marketing nous a semblé intéressant à analyser chez BâtiBoost (BâtiQuoi ?… oui on est déjà atteints et à un stade avancé du virus d’anglicisation, sorry 😉

Pourtant il y a étonnamment beaucoup à apprendre du mindset* de la Silicon Valley qui a révolutionné la planète en l’espace de 20 ans.

Cet état d’esprit* trouve tout son sens dans des expressions telles que : « The winner takes it all » ou encore « Too big to fall »?…

En effet, la clef du succès réside dans l’esprit de conquête et l’économie d’échelle.

Scaler (et vite)

Les fleurons du digital – GAFAM – l’ont réussi en levant des fonds faramineux pendant des années alors que leur business model n’étaient longtemps pas profitables.

Cela leur a permis de soutenir le développement de leurs communautés pour améliorer leur plateformes de services et grandir sans devoir rembourser leurs financiers dans une phase qui aurait hypothéqué l’élargissement de leur palette de fonctionnalités. (Même Jeff Bezos a dû batailler ferme pour convaincre ses bailleurs de fond qu’ils démultiplieraient leur investissements en acceptant d’attendre – encore et encore; apparemment ça lui a réussi puisqu’il est l’homme le plus de la planète).

La première leçon à tirer

C’est la première leçon : occuper le terrain et tenir la distance en trouvant les moyens pour maintenir un prix artificiellement bas ou des services en mode « Freemium ».

 

Quel rapport avec mes problématiques de PME romande, allez-vous nous dire?

Euh, aucun c’était juste pour remuer le couteau dans la plaie du financement made in Switzerland 😉 Lol…

Non, évidemment, on est venu pour partager une deuxième leçon : penser « consumer centric » /orienté-client et de manière itérative.

Deuxième « leçon » /take-away?… Bon j’arrête

Le Design Thinking veut dire chercher à comprendre le consommateur en challengeant des hypothèses de départ par des cycles rapides de tests/corrections.

C’est typiquement la méthodologie appliquée par les startups qui doivent pouvoir infléchir rapidement leur stratégie et leur produit (ou leur MVP /Minimum Viable Product); mais comnme la révolution digitale a transformé littéralement toutes les PME « installées » en startups, cela vous concerne aussi; ah, vous ne pensiez pas être redevenu une startup? Aïe…

Quoi qu’il en soit il y a beaucoup a apprendre du Design Thinking et du Lean Thinking pour tester sur des cycles courts des variations au Business Model en engageant un minimum de ressources.

Agilité – rapidité

En Suisse ces mots agilité et rapidité ne sont pas forcément en phase avec les notions de stabilité et de retenue héritées de notre culture (financière), pourtant il y a urgence pour le PME. L’érosion du tissu économique industriel est préoccupante en Suisse et elle va encore s’accentuer.

Il n’y a qu’à voir ce graphique publié sur le site de Raiffeisen le 1 juillet 2019 et tiré de l’indice « PMI/PME » de Raiffeisen sur 18 mois : le carnet de commande des entreprises dont l’indice était à 56.8 en mai a chuté de 5,9 points ( !) à 50.7 pour atteindre la valeur la plus basse depuis son introduction ; pour rappel, en mars 2018 ce même indice était de 68 points (!).  

Un drop de 68 à 50.7 en 18 mois cela n’est pas rien, et pourtant beaucoup de PME continuent avec le mantra :

« Jusqu’ici tout va bien… ».

 

 

 

L’euro étant maintenu (artificiellement) bas face au franc suisse, c’est pourtant une lutte inégale qui s’est imposée officieusement et ce ne sont pas les pouvoir publics qui vous y remédier; vous rappelez-vous du slogan de « Alien »  : « Dans l’espace personne ne vous entend crier. « ..

Les règles du jeu ont changé sans que cela ait vraiment été annoncé : l’arbitre a quitté le terrain et il vous faut continuer de jouer même si vos adversaires sont dopés. En anglais on appelle cela pudiquement un « changement de paradigme »; c’est quand votre business model prend de l’eau et que vous êtes en pleine mer, à 1000 lieues du prochain port.

 

Mais rassurez-vous vous n’êtes pas les seuls ;-(

Jusqu’ici en Suisse une certaine fiscalité à visage humain et des frontières douanières ont longtemps permis aux PME de dégager des marges tout en assurant une compétitivité naturelle à l’intérieur de l’écosystème ; mais des courants subaquatiques ont pénétré dans cet écosystème et le réveil se révèle douloureux quand on vient de se prendre une droite en pleine mâchoire; Gong! Heureusement la cloche vient de tinter et il reste 60 secondes pour se reposer et faire le point avant le prochain round.

Mais que faire de cette courte minute de pause??

Eh bien, prendre ce temps pour revoir sa stratégie avec son Coach. Elaborer une tactique disruptive, créer un effet de surprise pour rebondir – et vaincre ! Win & Conquer ma parole !

 

Ecouter son coach? Exactement, lui il sait.

Comment il sait ?

Parce qu’il a une vision extérieure?

Pas faux, mais encore…

… parce qu’il parle anglais?!?

😕 … Mouais, c’est vrai que si on regarde la carrière de Jean-Claude Van Damme aux US on serait tenté de le croire; après « Be aware »…. by JCVD, découvrez « Disrupt by JCVD ! Mdr. 

 

Plus sérieusement, s’il suffisait de baragouiner en anglais et s’inscrire au Registre du Commerce comme digital guru pour décrocher des contrats  cela se saurait ! Ah, justement c’était l’idée…! 😉 

Plus sérieusemeent que faire de ces 60 secondes de répit? Quel sherpa choisir quand il faut assurer l’ascension d’un 8000 mètres par mauvais temps? Ils se ressemblent tous et ils coûtent tous trop cher.

Réponse: celui qui est déjà monté là-haut plusieurs fois et qui paie pas de mine. Le petit nerveux en orange là-bas.

En l’occurence, nous : BâtiBoost.

Chez Bâtiboost nous avons cumulé trois décades de compétences en stratégie, sales & marketing tout simplement parce qu’on est passé par là ; on a hissé le drapeau sur plusieurs 8000 m. Notre Dream Team couvre tous les champs du Data, des problématiques Business, Sales et Marketing et s’il y a des domaines qu’on ne couvre pas, on collabore avec des partenaires de confiance.

On sait comment élaborer une tactique gagnante et on « ramène le point à la maison ».

Certes, on a des défaut; on aime trop placer des mots d’anglais partout et on adore les motivational speeches (Ah!… Al Pacino dans « Any Given Sunday / L’enfer du Dimanche… chaque centimètre compte!… Bon on se le repasse une dernière fois et on se redit après?).

 

Alors,  Be Aware, Win & Conquer* ensemble? 😉

YES! * Une consultation gratuite est offerte à tous ceux qui trouveront le nombre d’anglicismes dont est truffé ce blog, un peu de gamification ne fait jamais de mal 😉  

5-10? 11-15? 16-20? 21-25?26-30? 31-35? Cochez ce qui est juste.

Pas de commentaires
Écrire un commentaire